samedi 19 mai 2007

L'éolien

Une hélice entraînée en rotation par la force du vent (éole = dieu du vent de la Grèce antique) permet la production d'énergie mécanique ou électrique en tout lieu suffisamment venté. Les applications de l'énergie éolienne sont variées mais la plus importante consiste à fournir de l'électricité à l’échelle d’une région, d’un pays. Ce sont des parcs d'aérogénérateurs ou "fermes" éoliennes. Ils mettent en œuvre des machines de moyenne et grande puissance (200 à 2 000 kW).Des systèmes autonomes, de 500 W à quelques dizaines de kW, sont intéressants pour électrifier des sites isolés du réseau électrique (îles, villages...). Sur cette page : La production d'énergie mécanique grâce au vent La production d'électricité par éoliennes Eoliennes en mer : l'offshore L'éolien a le vent en poupe L'énergie éolienne en Bretagne occidentale Les projets bretons L'électricité éolienne chez vous LA PRODUCTION D'ENERGIE MECANIQUE GRACE AU VENTPetites soeurs des moulins à vent, les éoliennes mécaniques servent le plus souvent au pompage de l'eau. L'hélice entraîne un piston, qui remonte l'eau du sous-sol. Cette technique est bien adaptée pour satisfaire les besoins en eau (agriculture, alimentation, hygiène) de villages isolés, notamment dans les pays en voie de développement.LA PRODUCTION D'ELECTRICITE PAR EOLIENNESPrincipe de fonctionnement d'un aérogénérateur raccordé au réseauLa figure ci-dessous présente les éléments principaux qui composent la machine. L'énergie du vent captée sur les pales entraîne le rotor, couplé à la génératrice, qui convertit l'énergie mécanique en énergie électrique. Celle-ci est ensuite distribuée aux normes sur le réseau, via un transformateur.EOLIENNES EN MER : L'OFFSHOREAu large des côtes, le vent est plus fort et plus stable, et la visibilité des éoliennes s'en trouve bien sûr réduite. Favorisés par la faible profondeur des eaux côtières de la Mer du Nord et de la mer Baltique, de multiples projets d'installations d'éoliennes très puissantes, reposant sur les fonds marins à quelques encablures au large, sont donc lancés par nos voisins d'Europe du nord.Projet européen CAOWEE L'énergie éolienne offshore est considérée comme source importante d'énergie par la Commission Européenne qui a lancé un projet de soutien pour son développement. L'objectif de ce projet, intitulé "action concertée pour l'énergie offshore en Europe" (CAOWEE), est de rassembler le savoir-faire éolien offshore en Europe (technologie, intégration au réseau électrique, rentabilité, impacts environnementaux et aspects politiques), de l'évaluer et de le mettre à la disposition de tous les acteurs intéressés. Sa durée est de 18 mois. Les partenaires qui y participent viennent de différents horizons : développeurs de projets, compagnies d'électricité, bureaux d'études, instituts de recherches et universités; et sont issus de 13 pays européens (Espace Eolien Développement pour la France ). La coordination est assurée par la Division "Energie Eolienne" de l'Université de Technologie de Delft aux Pays-Bas. Le projet a pour enjeu de réduire les coûts de l'électricité de l'éolien offshore pour atteindre ceux des sources conventionnelles d'énergie. Il se concentre essentiellement sur l'exploitation à grande échelle de la ressource éolienne offshore à l'aide de machines de très grande puissance présentant à la fois des performances améliorées, une bonne fiabilité, et des impacts environnementaux limités. Le potentiel Breton est énorme, mais peu exploité à l'heure actuelle.L'ELECTRICITE EOLIENNE CHEZ VOUSRaccordé ou non au réseau, vous pouvez installer chez vous des aérogénérateurs (un permis de construire est nécessaire pour les machines de plus de 12 m de haut). L'électricité produite peut soit être stockée dans des batteries, soit distribuée aux normes sur le réseau. Cette dernière solution est économiquement et techniquement beaucoup plus pertinente. La société Sunwatt (ou la société Vergnet dans son concept Proxwind) commercialise des kits raccordés.Ce sont des machines de 1 à 2.7 kW (pâle de 3 à 5 m de diamètre) avec régulateur, onduleur, mât (de 12 à 18 m), câble. L'installation et la mise en service sont assurées par la société. L’investissement varie de 8 500 € à 20 000 € HT et la production annuelle de 2 300 kWh à 9 000 kWh.L'ENERGIE EOLIENNE ET L'ENVIRONNEMENTLa production d'électricité par des aérogénérateurs ne contribue pas au renforcement de l'effet de serre (pas de rejet de CO2 ou de méthane), aux pluies acides (pas de rejets de soufre ou d'azote), et à la production de déchet toxiques ou radioactifs.La production fait appel à des matériaux et procédés classiques. De plus, un aérogénérateur moderne "rembourse" en moins de 6 mois de fonctionnement l'énergie qu'il a fallu pour le fabriquer et l'installer.L'installation sur le site est rapide et n'engendre pas de perturbations irréversibles. A noter que tout projet de centrale éolienne doit faire l'objet d'une analyse des impacts visuels (intégration dans le paysage), sonores et sur l'avifaune.Les projets de plus de 2 millions d'Euros doivent faire l'objet d'une étude d'impacts réglementaire.En mer, les aérogénérateurs ne perturbent pas les comportements des oiseaux (car ils changent leur trajectoire avant d'être dans les turbulences de l'éolienne). Les transports routiers et les lignes haute tension tuent bien plus d'oiseaux que quelques éoliennes (Cf. l’étude de la Ligue pour la Protection des Oiseaux : suivi ornithologique du parc éolien de Port-la-Nouvelle (Aude) - novembre 97).Concernant l'impact sonore, oui, les éoliennes émettent un bruit qui a principalement pour origine le glissement de l'air sur les pales.Une machine de grosse puissance (500 kW) produit un niveau de pression acoustique d'environ 50 dB(A) à 150 mètres, soit l'équivalent du bruit dans un bureau.Le bruit diminue rapidement lorsqu'on s'éloigne. Une éolienne est généralement inaudible à 400 mètres. Des formules de propagation sont systématiquement appliquées lors des études d'impacts et permettent d'anticiper toute gêne pour les voisins les plus proches. Une éolienne a une durée de vie minimale de 15 ans. Au terme de son existence, le retour à l'état initial est immédiat, à la différence d'une centrale nucléaire, par exemple.Les politiques incitatives en Californie et dans certains pays d'Europe tels le Danemark, les Pays-Bas, l'Allemagne, ont largement contribué au développement de l'industrie moderne de l'énergie éolienne, désormais fiable et compétitive.Suite aux résolutions adoptées lors de la conférence de Kyoto pour le contrôle des émissions de gaz à effet de serre, de nombreux projets nationaux de construction de centrales éoliennes fleurissent en Europe du Nord.En 2005, l'éolien couvrira 20% de l'électricité Danoise. Puissance éolienne installée dans le mondeà la fin de 2000 (en MW) Source : Observ'ER - Windpower Monthly -Worldwatch Institute Allemagne 5 432 Danemark 2 281 Espagne 2 235 Pays-Bas 444 Royaume Uni 392 Italie 350 Suède 231 Grèce 189 Portugal 100 Irlande 86 France 69 Autriche 61 Finlande 38 Belgique 13 Autres Pays Européens 62 Union Européenne 11 930 Total Europe 11 992 Etats Unis 2 568 Canada 140 Total Amérique du nord 2 708 Inde 1 150 Chine 302 Total Asie 1 616 Reste du monde 301 Total mondial 16 617 L'ECONOMIE DE L'ENERGIE EOLIENNELes progrès techniques réalisés pendant les années 80 ont été accompagnés d'une baisse du coût du kWh produit. Ce dernier variait entre 0,05 € et 0,08 €/kWh, pour des parcs d'aérogénérateurs modernes implantés sur de bons sites éoliens (vitesse moyenne du vent de 25 km/h, c'est à dire force 4, jolie brise). Ces prix sont fonction du nombre d'aérogénérateurs et intègrent l'amortissement du matériel, sa maintenance et son exploitation. En France, un accord fixe un tarif moyen d'achat de 7,3 centimes d'euros le kWh pendant 15 ans. Les compagnies d'électricité rachètent le courant à prix fort les 5 premières années : 8,38 c€/kWh ; puis les 10 années suivantes, le prix de rachat varie de 3,05 à 8,38 c€/kWh suivant la durée de fonctionnement constatée sur la première période (5 ans). La rémunération maximum concerne les sites les moins ventés, donc plus il y a de vent, moins le tarif de rachat est élevé. Ce système est effectif pour les projets voyant le jour en 2001 et 2002. Au-delà, cette rémunération diminuera de 2 à 3 % par an.A noter que le prix de l'électricité produite par les énergies fossiles et fissiles ne prend généralement pas en compte tous les coûts "externes", comme les coûts pour l'environnement. Par conséquent, les prix sont maintenus relativement bas, ce qui ne favorise pas le développement du marché éolien.L'ENERGIE EOLIENNE EN BRETAGNE OCCIDENTALELa Bretagne occidentale, région française des plus ventées, produit 4 % de l'électricité qu'elle consomme. Les potentialités régionales de l'énergie éolienne mériteraient d'être analysées avec le plus grand intérêt, notamment en matière d'aménagement du territoire, de création d'activité économique et de développement local.A partir des données de relief, de vent et des différentes contraintes liées à l'implantation d'éoliennes, des sites ont été repérés. Sur 30 zones favorables, il est possible d'installer un minimum de 100 MW, soit environ 150 éoliennes. Ces centrales produiraient 228 GWh, soit l'équivalent de la consommation électrique, hors chauffage, de 90 000 foyers !LES PROJETS BRETONSActuellement, quatre sites disposent d'éoliennes (Goulien, Plouarzel, Dineault et les Glénans). Compte tenu du fort potentiel éolien breton et du "nouveau" tarif de rachat de l'électricité " verte ", de nombreux projets sont en train de prendre forme. Le projet porte sur l'installation de 5 éoliennes de 300 kW sur les communes de Saint-Thégonnec et Pleyber-Christ. Il a été dimensionné par les membres d'un groupe de suivi, en prenant notamment en compte les impacts visuels et sonores. Les éoliennes ont été achetées sur le marché hollandais, après deux ans de fonctionnement. Le montant de l'investissement est de l'ordre de 762 250 € au total. A l'origine de ce projet, deux acteurs locaux : un GAEC (regroupant cinq agriculteurs) de Saint-Thégonnec, et François BEUZIT, entrepreneur de Pleyber-Christ.Ce projet est innovant en France pour plusieurs raisons : - Tout d'abord, il représente une diversification agricole intéressante en ce qui concerne le GAEC.- Ensuite, l'investissement collectif est une initiative originale. En effet, la coopération entre un entrepreneur et un GAEC qui lui-même regroupe cinq agriculteurs est déjà une démarche collective. Mais ces initiateurs du projet ont été encore plus loin dans leur volonté de propriété collective en réservant un emplacement à une éolienne coopérative; permettant à chacun de participer concrètement au projet et de bénéficier de ses retombées économiques et sociales. Par cette démarche, le projet de Saint-Thégonnec-Pleyber-Christ devient un véritable projet de territoire, un outil de développement local qui implique désormais une quarantaine d'acteurs locaux dans une logique d'investissement solidaire. L'essence même de la démarche entreprise réside en sa capacité à être reproductible, sur d'autres territoires, à d'autres projets éoliens. .Intérêts économiques :En associant les PME locales (industries électriques, électroniques, construction mécanique, BTP,...) au développement de l'éolien, par un accord de sous-traitance avec les principaux constructeurs européens, une étude a montré que 62 % de l'investissement d'une centrale pourrait revenir à la Bretagne. Un seul programme de 100 MW représente 63 M€ pour la Bretagne (sur un total de près de 107 M€).(sources : ADEME)

Aucun commentaire: